Présentation

 

mini logo Cna– Chaque année, près de 8000 personnes françaises entreprennent une démarche pour adopter un enfant.
Ces personnes « postulantes » bénéficient toutes dès le départ d’un dispositif sur leur territoire de résidence.
– En parallèle, fait moins connu et asymétrique à la démarche « d’adoption », chaque année, des milliers de personnes « adoptées » s’interrogent sur leurs origines : une partie d’entre elles entreprend des « recherches », des « démarches ».
Ces personnes sont seules, discrètes, invisibles, ou s’expriment sur internet, fréquentent des associations, principalement des associations d’adoptés, toutes bien trop précaires, vivant des cotisations ou dons et se trouvant très limitées dans leurs moyens actions.

– La création du Cna fut motivée par un double constat :
• d’abord, cette « volatilité » des adoptés adultes, ainsi que leur « bien-être » en tant qu’agent, ne s’inscrivait pas dans l’action des politiques publiques ; pourtant, celle-ci était devenue en partie « matérialisable » avec l’usage du réseau social (cf Facebook, qui a été créé en 2004, il y a plus de 10 ans) ;
• ensuite, la diversité des ressentis et des besoins des adoptés adultes (majeurs) demeurait méconnue ; de plus, certaines conceptions erronées sur l’adoption et les adoptés méritaient d’être clarifiées et les droits des enfants adoptés devaient être mieux valorisés.

– Le 29 septembre 2012, à l’époque Cécile Février, présidente de La Voix des adoptés, Ivann Lamy, président de l’AFAENAC et Hélène Charbonnier, présidente de Racines coréennes, ont créé le Conseil national des adoptés (Cna), une nouvelle instance de réflexion.
– Le Cna est composé d’un Bureau, dont les membres bénévoles sont issus du Conseil d’administration, l’instance stratégique de l’association.

Objet du Cna :
L’Association se définit comme un laboratoire d’idées et un lieu de rencontres et d’expressions attaché à l’intérêt supérieur des personnes adoptées, quel que soit leurs pays d’origine, ainsi que les pupilles de l’Etat.
Son objet est de :
– produire des éléments de réflexion,
– de contribuer à des évaluations,
– ou d’émettre des avis
dans le cadre de l’évolution du corpus d’idées relatives à la protection de l’enfance et à l’adoption en France et à l’international,
ainsi que dans le cadre de l’action publique menée par l’Etat au sens large en la matière.

Le support sera l’information, l’outil sera la réflexion et l’analyse et le résultat sera la proposition. Une fois arrêtées, les préconisations sont publiées, afin de susciter l’échange d’idées et d’engager les débats d’avenir.
L’Association peut mener une diversité d’actions de nature à développer l’objet social. Elle peut également participer à toutes opérations ayant pour objet l’étude et la mise en œuvre des propositions concrètes et des préconisations qu’elle élabore.
Elle s’impose une éthique fondée sur le respect des personnes, l’écoute, la tolérance dans les débats et plus globalement, la recherche de l’intérêt général. Elle s’efforce de faire changer le regard et l’attention portée sur les personnes ayant été adoptées.
L’Association est strictement indépendante de toute religion et de tout parti politique.

La durée de l’Association est illimitée.

Les actions du Cna consistent à initier des espaces de réflexion et d’échange avec une modalité de travail qui consiste à collationner les expériences d’adoptés, écrire, restituer et publier des constats, des analyses, des points de vue :
– publication de plusieurs textes qui sont disponibles sur le site internet du Cna ;
– publication de la Charte des adoptés ; éditée en 2013, elle est en cours d’actualisation, prévue pour fin 2016 (téléchargement de la version 1 actuelle sur le site web du Cna) ; ce document de positionnement s’attache à restituer les dix priorités d’un « programme » du point de vue des adoptés : Le meilleur intérêt des adoptés
et de leurs familles ; Une voix éthique de la France ; Une gouvernance de l’adoption ; L’inter-opérabilité entre les acteurs de la post-adoption ; Accès aux origines et accouchement «sous X» ; Les formes d’adoption ; La démarche d’adoption ; Les adoptés, premiers acteurs de l’adoption ; Mieux comprendre les adoptés ; Mieux avancer dans l’adoption
(parmi les axes majeurs sont abordés les questions concernant la quête des origines).
– organisation de deux rencontres par an en petit groupe d’une vingtaine de personnes sur des thématiques spécifiques avec différents intervenants liés au monde de l’adoption permettant aux adoptés de se rencontrer et dont les échanges et témoignages permettent de nourrir la réflexion et l’actualisation de la Charte ;
– organisation grâce au soutien de la MAI le 8 juin 2013 des « premiers Etats généraux des adoptés ».

Association non confessionnelle, apolitique (JO, 13 octobre 2012, acte n°1314)

Cna-les fondateurs