Conférence de Nazir Hamad Notes - Conférence de Nazir Hamad : "Transmission à l'adopté"
Notes – Conférence de Nazir Hamad : « Transmission à l’adopté »
Posté par CNA le 17 février 2016 dans Adoption en questions

Conférence de Nazir Hamad

« Qu’est-ce qui est transmis à l’enfant adopté ? » ~ conf de ‪#‎NazirHamad‬ Association Lacanienne ‪#‎ALI‬

N. Hamad – La question de l’abandon, pour les adoptés, comme une nécessité de sauver quelque chose. Pourquoi l’abandon ? La question de la « vraie » mère, la vraie famille, la vraie vie, qu’est-ce qui fait « vrai » ? Comment adopter sa famille adoptive, que chacun se reconnaisse dans l’autre ?

La vraie mère est celle qui occupe la place de la réalité. Qui est-elle ? La question du vrai. Qu’est-ce que c’est ?

Le souci de performance prime sur la capacité a être une mère adoptive chaleureuse.

L’enfant est capable d’un sujet symbolique, apprend à faire avec la frustration, d’accéder à la valeur symbolique. Pour en arriver là, l’enfant a eu à faire à la mère réelle, soutien inconditionnel au bébé. Quelqu’un fait le pari du sujet d’humain, la mère pour le bébé. Or si la mère réelle ne se manifeste plus, que l’enfant est abandonné ? L’enfant n’a plus son autre, la mère finit par devenir cette « mère de naissance », toute puissante, capable de détruire l’enfant.

Le bébé fait des choix, « l’insondable décision de l’être » selon Lacan. L’hypothèse d’une mère comme sujet et celle de l’enfant de son autre.

Telle mère, tel enfant, la spécificité de leur relation. L’enfant peut avoir du monde autour de lui et ne trouver personne. Il y a une histoire familiale qui échappe à l’individu donné. Il n’y a pas de faute il y a de l’espoir.

La mère est l’autre pour l’enfant.

Quand le langage commence à s’articuler pour l’enfant adopté, même s’il renvoie à son histoire passé.

L’adoption de l’enfant est « cette » souffrance. Démêler les évènements et les personnages.

La réponse appartient à l’enfant, il « lit ». Ne pas répondre pour lui. Lire ce qu’on a gribouillé enfant à l’attention de l’autre. La coupure est le signe du sujet selon Lacan.

Qui est la vraie mère ? L’enfant a la réponse. Une femme autre que la génitrice. L’enfant adoptif tout petit s’appuie sur la personne qui lui apporte amour et éducation, mais la génitrice reste investie. Quête interminable pour la retrouver…. Un état d’esprit qui ferme à d’autres savoirs ? La jouissance de l’autre maternel impossible ? Instaurer un autre maternel …

Les adoptifs veulent savoir, veulent chercher mais pas dans eux, toujours à la recherche d’une réponse, ils sont pris dans cette quête interminable.

Récupérer la place de la mère réelle…

Si l’adoption n’a pas marché, on attribue la faute à l’origine. Si l’adoption a marché, c’est grâce à l’adoption. Il faut absolument se méfier de ça.

La question du vrai père ? Plus rarement on pose la question du vrai père. Pour l’enfant c’est plus souvent la mère qui abandonne. Le père est présenté comme un jouisseur et un jouisseur ne fait pas père.

L’adoption par les adoptés. Une dette symbolique, pas imaginaire. Transmettre quelque chose de plus, quelque chose de moral, tansmettre quelque chose de ce qu’il a reçu à un autre. Faire un don reçu d’une famille, faire un contre-don.

On peut condamner un acte condamnable mais on peut aimer celui qui a commis cet acte, tout en n’aimant pas cet acte.

Il y a des adoptions qui sont faites sur une tricherie. Il y a des candidats qui demandent à adopter un enfant avec particularité. C’est différent.

#LT Live Tweet ce soir : "Qu'est-ce qui est transmis à l'enfant adopté ?" ~ conf de #NazirHamad Association Lacanienne #ALI #adoptés avec David et Hélène

Posté par Conseil National des Adoptés (CNA) sur mercredi 17 février 2016

12734082_947212268665728_8585985162611105627_n